Peste, certains sont immunisés

Comme toutes les cartes « CALAMITɠ», la peste dure un tour de jeu. Durant ce tour, toutes les troupes, seigneurs compris, qui entrent dans un évêché pestiféré sont touchées par la peste : 50 % de pertes pour les soldats et une chance sur deux d’en réchapper pour les seigneurs.

Peste

Mais ce fléau ne touche pas les soldats recrutés durant la phase ACHATS ni les nouveaux seigneurs qui arrivent dans le jeu. On considère que ces renforts sont immunisés, ils sont recrutés dans la population qui a échappé à l’épidémie. De même, les seigneurs arrivés à maturité pour entrer dans la partie sont les survivants à la maladie.

Ce contenu a été publié dans Cartes, Règles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à Peste, certains sont immunisés

  1. VSP dit :

    Avec des amis, on a décidé d’essayer une variante qui consiste à tirer les cartes évènements en dessous de la pile pour éviter de savoir ce que l’on va avoir. Ca ajoute un peu de hasard.

    J’aimerais savoir si vous aviez lors de la construction du jeu réfléchi à cette possibilité, et si oui, pourquoi avez vous fait le choix de les faire tirer par le haut ?

    Merci

  2. admin dit :

    On pioche les cartes… à partir du haut du paquet… c’est plus facile que de prendre la carte du dessous. Je ne comprends pas très bien votre objectif : « pour éviter de savoir ce que l’on va avoir » ! Les cartes sont piochées face cachée… les calamités sont posées face cachée sur les 3 emplacements prévus à cet effet…puis révélées à la sous-phase « Révélation des calamités ».

  3. VSP dit :

    Ah oui mais non ^^
    Je viens de m’apercevoir que la carte calamité ne compte pas dans la limite des cartes tirées par le joueur.
    Fectivement, ça change tout !

  4. moukden22 dit :

    Lorsque le joueur choisit de tirer une carte du paquet « évènements » il sait très bien, selon que le dos de la carte est noir ou gris, si il va ou non déclencher une calamité. Etre sûr de ne pas déclencher de calamité, et dans une moindre mesure être sûr d’en déclencher une, peut-être tactiquement important dans certaines situations.
    La variante proposée par VSP ne permet plus d’avoir cette certitude. La seule façon d’être sûr de ne pas déclecher une calamité c’est alors… de ne pas tirer de carte évènement.

  5. admin dit :

    En effet… on ne tire pas de cartes EVENEMENT si l’on craint les calamités. Mais je rappelle que l’on a qu’une chance sur 6 pour qu’elle tombe sur l’évêché où l’on a concentré le gros de ses forces. Alors… courage !

  6. tcamprubi dit :

    Tout d’abord et à l’instar de nombreux amis joueurs, je tiens à vous manifester la plus profonde gratitude pour la création de ce jeu hors normes.
    Je ne doute pas que les deux questions qui suivent vous semblent naïves voire incongrues tant vous avez du réfléchir, agencer et relire les règles fournies mais malgré mes nombreuses recherches, je n’ai pas trouvé la rėponse que j’attendais :
    - La règle est claire en ce qui concerne la défausse des cartes de beau temps et celles de revenus, mais je ne trouve nulle part de mention claire précisant à quel moment défausser la carte calamité PESTE… J’ai lu qu’elle restait en jeu 1 tour, vous pouvez préciser?
    - une question déjà partiellement posée… Touche t-on le revenu d’un village contenant notre château s’il ne contient plus aucune unité militaire ni aucun seigneur ? ( le titre du fief n’a pas été encore attribué.)

    D’avance merci
    Excellente nouvelle année!

  7. admin dit :

    Oui, avec toute l’équipe de mon éditeur nous avons longuement travaillé sur la rédaction de la règle mais il peut encore rester quelques points obscures et c’est l’objet de ce blog de me permettre d’y répondre. Votre remarque sur la PESTE est très pertinente (en rien incongrue !), c’est un oubli dans la règle : La défausse des cartes « calamités » encore en jeu à la fin d’un tour se fait au début du prochain tour. Cela concerne la PESTE mais aussi la FAMINE et le MAUVAIS TEMPS qui ne sont pas retirées par une carte BONNES RÉCOLTES ou BEAU TEMPS.

    Pour toucher les revenus d’un village il faut le contrôler. Pour contrôler un village il faut y avoir laissé un soldat ou un seigneur, ou que ce village fasse partie d’un fief. Dans votre exemple la réponse est donc non, on ne touche pas le revenu d’un village, même avec un château, s’il ne contient ni troupe ni seigneur.

  8. tcamprubi dit :

    Merci beaucoup pour votre réponse, ne vous considérez néanmoins pas débarrassé de moi !, la liste des points à éclaircir s’étant considérablement allongée lors de notre dernière partie… :)
    Je commence donc par la première :
    Je suis à une étape d’une cité ennemie ( considérée comme telle parce que je nourri l’espoir d’eradiquer son propriétaire…) bref, le village dans lequel je me trouve ainsi que la cité sus-citée font toutes deux partie du même évêché, lequel se trouve sous le coup d’une carte mauvais temps interdisant les déplacements et les combats.
    Ma question : l’utilisation d’une carte souterrain me permet-elle de me déplacer ET d’attaquer les troupes contenues dans la cite de mon adversaire ou m’autorise t’elle uniquement le déplacement, la mise en œuvre du combat réclamant l’utilisation d’une deuxième carte souterrain?
    En d’autres mots, la carte souterrain dispose de deux icônes dans sa partie inférieure, les considère t’on séparément ou comme un tout?
    Notez que je mesure que dans tous les cas, si je souhaite ne pas subir les deux dés de malus de la cité, il me faudra une carte souterrain supplémentaire donc deux cartes voire trois.
    Excellente année !

  9. admin dit :

    On peut cumuler TOUS les effets d’une carte SOUTERRAIN. Dans votre exemple, une seule carte vous permet de vous déplacer, d’attaquer et de ne pas avoir le malus ! Vous avez les clés du souterrain, donc, bien à l’abri des intempéries vous pouvez vous déplacer, pénétrer dans la cité et attaquer sa garnison… par surprise… tout cela avec une seule carte. Oui cette carte est très puissante. Merci de me dire de quelles « 2 icônes, dans sa partie inférieure » vous parlez concernant la carte Souterrain. Je vous souhaite une année 2012 très ludique.

  10. tcamprubi dit :

    Oui pardon, je voulais parler des deux icônes de la carte « Mauvais temps »; la première nous rappelant que l’on ne peut pas se déplacer et la seconde qu’on ne peut pas attaquer.
    Merci pour votre réponse, j’avoue avoir malgré tout quelques difficultés pour bien comprendre la façon dont cette carte se joue. Vous dîtes qu’on peut cumuler ses effets, ok…
    En revanche, sur le site d’Asyncron, vous répondez à une question concernant un cas particulier en évoquant le fait que, je vous cite :
    « L’idée c’est 1 carte = 1 souterrain au niveau d’1 village ».
    Alors, en prenant en compte cette « règle d’or », je ne comprends plus pourquoi dans votre réponse précédente, seule une carte est utilisée…
    Je suis, je vous le rappelle, à une étape d’une citée ennemie; le village où je suis et cette citée sont dans un évêché où a été jouée une carte mauvais temps…
    Si je suis votre règle d’or, on devrait considérer que quand je joue ma carte, je peux considérer qu’il y a un souterrain dans mon village de départ qui me permet de me rendre jusqu’au deuxième village, mais comme je n’ai pas joué de deuxième carte, ce second village ne dispose pas de souterrain !? Alors pourquoi suis-je censé éviter ses défenses comme vous me l’avez expliqué ??

  11. tcamprubi dit :

    Lorsqu’on élit un pape avec seulement deux cardinaux (l’un d’eux se présente…), sommes-nous d’accord lorsque je dis qu’aucun pape n’est élu si le deuxième vote « noir », càd « Neutre » ? Il faut bien la majorité absolue, càd dans mon cas deux voix sur deux votants?

  12. admin dit :

    A propos du pape, oui il faut au moins 2 voix pour être élu, donc une seule voix… ce n’est pas suffisant, il n’est pas élu. Concernant la carte Souterrain la solution que je préconise a pour but de rendre simple et fluide le jeu. Avec une seule carte on peut franchir les deux étapes… et rentrer dans la cité… et combattre… Trop fort ! surtout que cette carte peut vous être offerte par un allié (c’est une carte SURPRISE).

  13. rom1 dit :

    Bonjour,
    Une question m’assaille, et votre réponse décidera du résultat de cette partie. Si un évêché est sous le coup d’une peste, que j’y fait entrer des troupes avec un seigneur. La moitié des troupes meurt, OK. Je tire le dé, je fais 2, le seigneur meurt OK. MAis est-ce que les troupes attaquent qd meme? Meme sans seigneur pour les guider? Si non, que font-elles, sachant qu’elle vienent par une chevauchée…
    J’ai d’autres questions mais aucune si pressante qu’elle me permettrait de ne pas perdre, je vous les poserai donc une autre fois. Merci. Aussi ce jeu est génial.

    • admin dit :

      Vous me demandez si les troupes attaquent quand même ! La réponse est non, puisque les soldats ne peuvent attaquer que s’ils ont un seigneur, homme ou femme pour les commander. Pour risquer sa vie… il faut avoir au moins un bon moral ! Et je pense qu’une troupe qui vient de perdre la moitié de son effectif et qui pleure le décès de son seigneur… est, vous en conviendrez sûrement, complètement démoralisée et donc inapte au combat. Chevauchée ou pas, une fois le seigneur perdu, les troupes stationnent sur le village ; elles ne peuvent pas attaquer ni se déplacer, mais si elles sont attaquées, elles se défendent. Moralité : il faut éviter les zones pestiférées… ou alors y pénétrer avec plusieurs seigneurs pour remplacer ceux qui ne sont pas vaccinés !

  14. rom1 dit :

    Merci. Imaginons maintenant la même situation. Joueur A attaque un château dans une zone de peste par le nord et survit à la peste. Il attaque ensuite le même château avec un autre seigneur et ses troupes par un autre coté du château mais ce second seigneur meurt par la peste. Les troupes vont-elles grossir les rangs du seigneur vivant même s’il est au nord et elles au sud?

    • admin dit :

      Oui, les troupes vont s’ajouter à celles du seigneur vivant. Les troupes d’un même joueur, présentent sur un même village ne font qu’un. Et elles doivent être regroupées. On considère que les villages ne sont pas très étendus !

Laisser un commentaire